Les Publications des MémoiRes

4 tomes de 125 pages, 10 cahiers, 1 livret, 1 livre

2008

Un blog « Puisserguier, chroniques du passé » https://evasion.midiblogs.com/ a démarré en août 2007 (n'existe plus aujourd'hui car Midi Libre a fermé cette activité).
Sorte de "Journal" collectif, il recueillait les histoires et le vécu des anciens et des nouveaux habitants.
Le principe était simple : une note, des commentaires, des discussions, des remises au net, concernant un commerce, son emplacement, ses propriétaires..., un métier disparu, une tradition....
Des photos, ou des cartes postales anciennes étayent les textes et des recherches complètent ou questionnent.....
Certains ne maitrisaient pas Internet, ou tout simplement n'y avaient pas accès, la solution papier s'imposait. Une maquette a été réalisée et présentée avec succès au public lors d'une exposition organisée par l'Office de Tourisme en avril 2008.
Afin de gérer l'aboutissement du projet d'impression, l'association « Les Mémoires de
Puisserguier » est née.
Deux personnes natives du village, et deux « estrangers » composent son bureau,
toutes motivées par la même envie de conserver ce patrimoine culturel qu'est la mémoire "vivante", tout aussi importante que le patrimoine matériel.
Puisserguier raconté par ses habitants
Loin des historiques traditionnels, il s'est agit de mémoriser le passé, et de consigner le présent pour nos descendants, de tenir un cahier des faits, de la façon de vivre, des traditions...
Le tour de force a été de mobiliser, de motiver, et d'intéresser les habitants, de les faire parler et raconter, de les amener à transmettre les photos, les documents. Cela ne fut pas facile !
Il n'y a pas un auteur, mais des auteurs, chacun ayant une vision et une perception particulières d'un même lieu, évènement ou histoire, ce qui rend le concept original.
Ce tome 1 n'évoque qu'une toute petite partie de nos "mémoires".

Sommaire Tome 1

Pages 5 - Au bon goût

9 - Qui se souvient encore du bazar Compan

11 - Vendanges aux "Goudailles"

14 - La boutique à Jules

17 - Le café de l'Escoupigno et le Senat

20 - Les édicules puisserguiérains

21 - L'histoire de monsieur Piéarou

22 - Lou cridaïre, l'aïgatou et la fenno que fa saoupre

24 - Dans la rue Mirabeau

28 - La chevaline

30 - L'incendie du Café glacier

32 - Avant Sainte Thérèse

36 - De Cadilhac à nos jours

38 - Les messes de quartier à Saint Christophe

40 - L'église saint Paul

43 - La communion de Manu

45 - Nadalet

46 - Le café de la pédale

49 - Le café des Arts

53 - Le grand café du balcon

56 - La Bourse

59 - Le rugby d'alors s'appelait Herrero

60 - La boulangerie Chamayou


61 - Des vaches à Puisserguier

63 - La Mairie

65 - Les maires de Puisserguier

66 - Martha

68 - Tradition pâtissière rue Thiers

73 - Lo Bourret, enfant de Puèg Serguier

76 - Au petit Saint Christophe

77 - Rue de la République

80 - Pharmacie Capdecombes

82 - Douloureux souvenirs

83 - Le Martelet

85 - L'école publique

87 - Années 60 à Sainte Thérèse

88 - Bien tristes journées d'école

91 - Le garage Asset

94 - Café Fontes, le "Trastet"

96 - Place de la Mairie rebaptisée de l'Eglise !

99 - Quand sifflait le train !

101 - Dévorée par la végétation

102 - Comment se déplaçait-on ?

104 - Le dimanche à la mer

106 - Bains douches et lavoir communal

108 - Les petits vignerons de Puisserguier

109 - La cave coopérative

116 - Comme au ciné

119 - L'hôtel moderne

.

2009

Ce tome 2, que nous n'imaginions même pas, est l'aboutissement de la ténacité et de l'enthousiasme de 6, 7 puis 8 et 9 personnes qui ont cru en ce projet.

On doit reconnaître la gentillesse, la disponibilité, et le soutien de très nombreux habitants et des « natifs exilés », très impliqués dans la rédaction et l'illustration des livres.

Nous sommes en quelque sorte leur porte parole, et nous nous devons de partager les « honneurs » de cette réussite avec eux.

La liste des noms en début du tome leur rend un hommage tout particulier.

A force d'explications et de persévérance, nous avons réussi à prouver que nous étions une équipe solide et digne de confiance. Chacun fait profiter les autres de ses compétences. Il y a dans notre groupe des personnes en vue et celles que l'on ne voit pas. La distribution des tâches s'est faite naturellement selon le goût et les envies de chacun. Mais il y a en commun un attachement à certaines valeurs, une dynamique qui soudent et motivent des personnes d'âges et de milieux différents.

La tâche n'est pas toujours facile. Il faut effectuer des recherches (documents, photos) rencontrer des personnes, les solliciter, mettre les textes en page, organiser des après midi, des expositions, ..., tout cela semble si simple... Et pourtant que de temps passé, que d'investissement. Et parfois un peu de découragement.

Mais quel plaisir de partager en septembre, la compagnie de madame et monsieur Araou, en octobre la dégustation du « primeur », généreusement offert par la cave coopérative et le domaine de Saint Paul, en janvier « la galette des rois », en avril, la 1ère bougie de l'association.......

Mais rien ne peut égaler l'émotion et la satisfaction que nous avons ressenti, en particulier le 13 décembre 2008, à la remise du tome 1, à la vue de nos concitoyens se jetant sur ce livre pour en découvrir enfin le contenu !

Encore merci à toutes celles et ceux qui nous ont soutenus, encouragés et aidés, et à bientôt pour le tome 3....

2010

Nous avions envisagé de « sortir » ce tome 3 au mois de juin (2010). Mais les trop nombreuses activités mises en œuvre et notamment les Journées Européennes du Patrimoine de septembre 2010 nous ont ralentis dans la finition du livre.

Nous sommes donc très heureux de vous présenter aujourd'hui, avec un peu de retard, la suite de cette « saga » en espérant que vous serez aussi enthousiastes et demandeurs que pour les 2 précédents.

Sachez également que nous avons encore quelques notes pour un tome 4......et nous comptons sur vous pour l'alimenter et le compléter !

Notre plus grande joie et notre fierté, sont d'avoir pu prouver qu'il n'y a pas que les pierres qui passionnent, mais également l'aspect humain ; la vie de ces femmes et hommes sans lesquels ce « bâti » n'aurait jamais vu le jour.

Certains célèbres, d'autres moins, qui ont su créer, donner, confier leur savoir, leur tradition, leur histoire.....en fait, nous laisser l'héritage de leur vie passée.

Nous estimons et regrettons, que le « patrimoine » soit encore pour beaucoup trop de personnes, synonyme de « bâtiment », sculpture, peinture.....façon unique et illustre d'appréhender l'histoire avec un grand « H », trop souvent aux dépends de la petite... histoire ...

Mais heureusement les mentalités bougent, il n'y a qu'à voir tous les blogs qui fleurissent racontant la vie d'antan dans leur village... Et c'est tant mieux !

Nous remercions très sincèrement toutes les personnes qui ont permis à notre association de poursuivre ses projets par leurs témoignages de sympathie, d'amitié et par leurs encouragements.

Les retombées des journées du patrimoine nous ont permis de constater que beaucoup étaient prêts à offrir ou prêter des objets ou des documents, et il serait dommage que tous ces trésors disparaissent lors de ventes ou successions.

Aussi nous avons déposé en mairie un projet de musée, qui pour l'instant est « à l'étude »...

Nous ferons appel à vous pour sa concrétisation si un « terrain » d'entente est trouvé avec la municipalité.

Nous vous souhaitons une bonne lecture et de joyeuses fêtes de fin d'année.

2014

Ce tome 4 aurait pu être sous-titré "désiré"...

Le voilà enfin !

Entre la sortie du tome 3, le 10 décembre 2010, et celle de ce nouvel épisode notre association a vécu, avec vous, de grandes et passionnantes aventures.

Obsessionnellement axées sur la mémoire d'hommes nos actions nous ont amenés à continuer à privilégier le patrimoine humain tout en nous insérant dans le patrimoine bâti de notre village (comme l'ancienne école inondée en 1996).

L'édition de plusieurs cahiers a retardé la rédaction de ce tome: "Marianne, ou l'histoire d'un monument", "Trobas", poèmes de Garrigues" et "St Christophe, histoire d'une colline".

Retard accentué par le formidable succès des journées européennes (et mois) du patrimoine de 2010, puis de 2011 qui nous a poussés à présenter un volumineux dossier en mairie en vue d'ouvrir notre "musée" réclamé par plus d'un d'entre vous.

C'est ainsi (qu'après acceptation et obtention de subventions aidant à sa réalisation) que le "Centre de Ressources des MémoiRes" (rebaptisé aujourd'hui "écomusée de la vie d'autrefois et de la vigne") a été inauguré, par Jean Noël Badénas, maire de Puisserguier et alors conseiller général, le 14 septembre 2012.

Le tout couronné par l'obtention du "premier prix du Patrimoine de l'Hérault" décerné aux MémoiRes de Puisserguier par la Banque populaire

A l'heure où nous écrivons cette page, c'est plus de 3000 objets qui nous ont été prêtés ou donnés pour être exposés dans cette reconstitution de "Puisserguier au siècle dernier".

Que toutes celles et ceux qui ont aidé notre association dans la réussite de cette extraordinaire aventure, humaine et culturelle, acceptent, une fois encore nos très sincères remerciements.

Nous vous souhaitons une bonne lecture de ce onzième ouvrage .

2010

FONTJUN

Fontjun

Dans la série de nos publications de livrets et cahiers par thèmes.

Après « la Marianne ou l'histoire d'un Monument », « L'inventaires des Commerces », « Les Personnalités de Puisserguier », nous avons estimé que ce nouveau cahier sur l'histoire de Fontjun y trouverait très logiquement sa place...

Ces documents ont été écrits, à l'époque des faits, par deux acteurs de la tragédie de Fontjun, M. Antoine Colombié et M. Pierre Sonnier.

Il n'ont été ni retouchés, ni complétés.

Nous avons simplement illustré ce cahier avec des cartes postales anciennes (trouvées sur internet) des villages cités dans les récits, ainsi qu'avec divers documents aimablement confiés par Mme Lise Cauquil et M. Jean Colombié.

Il n'est aucunement question de juger, de prendre partie ou d'analyser les situations.

Simplement partager les archives d'une personne qui a mis des années à « avoir la force » de nous rappeler les évènements de cette période.

Publier ces récits est un devoir de MémoiRe envers ceux et celles, dont certains ont donné leurs vies pour défendre notre pays.

Souhaitons de n'avoir plus jamais à revivre de tels drames....

2011

MARIANNE

Marianne « aux droits de l'homme » de Puisserguier

En mai 2009, nous vous avons proposé le livret de «la Marianne, histoire d'un monument ».

80 exemplaires ont été vendus, et nous avons pensé à ré actualiser le document avec les dernières réfections effectuées sur le monument avant de le faire rééditer.

Nous avons donc rajouté, en fin d'ouvrage, un reportage sur le déroulement de ces travaux de rénovation, et avons profité de l'occasion pour faire quelques recherches complémentaires.

Notamment aux archives du Conseil, alors "général" de l'Hérault où nous avons trouvé, entre autres, les plans de la statue dessinés par le sculpteur Capellaro, ainsi que les plans de la balustrade qui entourait à l'origine le monument.

De plus, des faits nouveaux ont été découverts grâce au « toilettage de l'été 2010 »...

Vous en saurez plus à l'intérieur du cahier....

Cette « statue de la liberté puisserguiéraine » ne manque pas de noblesse et de beauté.

De plus, l'illumination nocturne, inaugurée le 18 décembre 2010, par Jean Noël Badenas, Maire de Puisserguier, crée une ambiance douce et féérique.

Elle est vraiment belle notre Marianne ! Non ?

Nous tenons à remercier plus particulièrement, pour leur aide et leur participation :

José Munoz, Annie Martin, Jacques Cros, Jean Claude Séguela, l'office de tourisme de Pézenas, les employés du Conseil Général et notamment ceux de l'accueil et de la salle de lecture des archives départementales.

Photos de la Marianne actuelle : Serge Basset

2012

EDMOND GARRIGUES, POEMES DE MON VILLAGE

Le retour aux sources peut être une échappatoire à la morosité actuelle, nous le voyons avec l'intérêt porté aux parutions et aux manifestations liées à la période du « siècle dernier »...
Ce cahier nous replonge dans cette ambiance, cette atmosphère avec bonheur et gourmandise.
Les mots, les phrases nous racontent, nous permettent de sentir, de voir, de partager cette autre vie qui nous semble si lointaine et qui, pourtant, ne l'est pas...
La musique des mots, dans ce « patois de chez nous », nous permet, en ouvrant bien grand les oreilles, d'entendre les cigales, le chant des oiseaux, le bruit du vent dans la garrigue...et même les contre-uts de « l'Eveil »...
Ces mots nous permettant aussi, en fermant les yeux, d'imaginer ces « vieux » si curieux autour de la Marianne, l'animation de la place du marché ou bien le brouhaha des fêtes, et d'apprécier également le calme et la beauté de nos paysages.
Nous tenons à remercier Jacques Garrigues (décédé en 2015) qui nous permet, grâce à la diffusion de ces poèmes écrits par son père Edmond Garrigues, véritable amoureux de son village, d'avoir accès à ces tranches de vie écrites de manière poétique, vivante et amusante dans notre langue d'Oc.
Le mot de la fin, nous le laissons à Edmond Garrigues :
Aï escrich coumo sabi
é sé sos pas countènt,

Té diraï coumo l'aoutré :
« As qu'a prendré uno plumo,
ensajo d'én faïre autént ».

« J'ai écrit comme je sais

et si tu n'es pas content,

Je te dirai comme l'autre :

« Tu n'as qu'à prendre une plume

et essayer d'en faire autant. »

2013

SAINT CHRISTOPHE

La colline de Saint Christophe est un lieu « magique » pour les Puisserguiérains.
Elle a bercé, grâce à la beauté de ses paysages, à la quiétude dégagée par ses pins centenaires, aux coutumes qui y sont liées, l'imaginaire et le réel de bien des générations.
Comme l'écrivait monsieur Lucien Dachary :
« Il est des lieux où souffle l'esprit, ils valent la peine qu'on les garde en état,même si leur architecture est sans cachet particulier ».
Aussi nous semblait-il important de consacrer un de nos cahiers à ce « lieu » auquel les Puisserguiérains sont si attachés.
Après « Fontjun » écrit par Antoine Colombié et Pierre Sonnier, « Trobas del
méou païs » écrit par Edmond Garrigues, voici

« Saint Christophe, histoire d'une colline » écrit par Monique Coll-Raffy.

Nous avons la chance d'avoir parmi nos adhérents, cette passionnée qui s'est lancée dans de très nombreuses, sérieuses et longues recherches sur le sujet.
Nous l'en remercions très sincèrement.

2014

HISTOIRE D'UN MAQUIS... LE MAQUIS LATOURETTE

Nous vous proposons aujourd'hui : l'histoire d'un Maquis.

Ce cahier est une retranscription littérale des écrits (conservés par sa petite fille Marie Odile Calmette Rossi) du Colonel Georges Girvès, père du Capitaine Jean Girvès (Capitaine Latourette)

Ils n'ont pas été modifiés, mais simplement mis en page et complétés par des illustrations, et des index expliquant certains termes pour une meilleure compréhension des plus jeunes.

Publier ce document, en cette année anniversaire des 70 ans des débarquements de Normandie (6 juin) et de Provence (15 août), permet d'honorer toutes ces personnes, qui comme le capitaine Latourette ont permis à notre pays de retrouver sa liberté !

Notre association joue ici son rôle assumé et revendiqué de simple « passeur de MémoiRe ». A chacun de trouver dans ce récit la morale et les valeurs qu'il s'en dégage.

Nous tenons à remercier Marie Odile, dont l'amour pour son village natal n'a d'égal que son dynamisme à le promouvoir, Sergio et Fabrizio pour leurs recherches « poussiéreuses » dans les archives familiales, ainsi que Carmen Zorzin qui a été à l'initiative de la première parution.

Merci également à madame Courtois, secrétaire de la mairie de La Fraise pour sa disponibilité et sa gentillesse.

Et encore merci à toutes celles et tous ceux qui continuent à perpétuer le souvenir par des commémorations, des animations, des documentaires, telle l'association de notre village « Maquisards reconstitutions ».

2014

PUISSERGUIER & SES PERSONNALITES

Deuxième version, la première de 2009 était apuisée, nous en avons profité pour la remettre à jour.
D
ans ce cahier, nous évoquons les personnalités natives du village, par ordre chronologique d'ancienneté, mais également, les résidents célèbres, dont une oeuvre, ou une partie de la vie, est liée au village.
A noter que dans les Tomes 1 et 2 du livre "Puisserguier raconte ses mémoires" certains personnages ont déjà été cités plus ou moins longuement, tel Georges Pujol.
Les Personnalités natives du village, Louis Théodore Abram, le père Abram,  Louis Julia, Louis Rouquier « Lo Bourret », Joseph
Pierre Lanet, Les résistants du maquis de Fontjun, Francine Sénégas (première femme élue "Maire"), Georges Pujol, Guy Barthes, Etienne Cauquil, André Herrero, Daniel Herrero, Le Groupe Goulamas'k.
Et les résidents "célèbres". Tante Agathe et ses chroniques, Alain Estève.

2016

LES GAVACHS

Par deux fois, nous sommes ressortis enthousiasmés des conférences sur les GAVACHS présentées par un conteur et historien passionnant Patric Béziat.

Nous avons très vite été convaincus qu'il serait judicieux de mémoriser ce qui nous est apparu comme une part importante de l'histoire récente de notre région et Patric a bien voulu transcrire ses recherches dans ce cahier.

Nous le proposons donc, aux amateurs de la vie d'autrefois , puisqu'il rentre tout naturellement dans la série des ouvrages publiés par les MémoiRes de PUISSERGUIER.

"LES GAVACHS dans les villages du Biterrois" vous fera revivre l'épopée des ces exilés, venus pour travailler dur à la vigne...

Au fil du temps, le terme de GAVACH a allégrement franchi les limites de l'Occitanie.

C'est ainsi qu'il est devenu d'usage de dire :

"On est toujours le GAVACH de quelqu'un".

2016

SILENCE ON TOURNE... A CORPS PERDU

Il n'est pas dans nos habitudes de nous mettre en avant, mais une fois n'est pas coutume.

Exceptionnellement il me tenait à coeur d'écrire ces quelques lignes de présentation de ce cahier relatant notre aventure de "A CORPS PERDU".

Loin de nous la prétention de penser que "sans nous" ce film n'aurait pu voir le jour. Il aurait pu, sans problème, être tourné dans maints autres endroits.

Mais pour le choix de PUISSERGUIER, incontestablement c'est à Corinne, et à elle seule, que revient cette reconnaissance.

Son infatigable passion, son travail acharné ont permis une fois encore de faire aboutir un projet toujours plus fou que les précédents (et depuis 9 ans, ils n'ont pas manqué).

Dès notre première rencontre, en février 2016, avec Emma Debroise, Mélisande De Serres & Mathieu Hussenot, des liens forts se sont tissés. Partageant la même philosophie, il apparaissait clairement que cette nouvelle entente promettait de beaux jours quant à la réalisation de ce court métrage dans notre village.

Pendant les trois déplacements de l'équipe du film à Puisserguier, Corinne n'a eu de cesse de présenter tous les protagonistes susceptibles de participer à l’œuvre d'Emma , la mettant en contact, ici et là avec association ou propriétaires de lieux qui pourraient être concevables avec cette histoire d'amour.

La suite a donné raison à Corinne... PUISSERGUIER a vécu une grande semaine de fièvre cinématographique.

N'attendons pas qu'ils soient partis pour dire "je t'aime", alors avec votre permission, je dédie la partie de "mon" aventure à Raymond dont le clap de fin a résonné ce 21 avril dernier. Serge

2017

DE L’ÉCOLE A L'ECOMUSEE

En 2012, notre équipe de bénévoles des "MémoiRes de Puisserguier" réalisait un rêve et satisfaisait à la demande de nombreux d'entre vous en ouvrant dans l'ancienne école de filles ce "Centre de ressources" requalifié ultérieurement , plus justement, en "Écomusée de la vie d'autrefois et de la vigne".

Il nous est apparu judicieux, après avoir rassemblé de nombreuses archives, de vous relater dans ce nouveau cahier l'histoire de l'école laïque de Puisserguier d'après les notes fournies par Jacques Garrigues, mais également celle de la "communale" en général.

Notre récit chronologique débute en l'an 1680 et se poursuit jusqu'à nos jours (2017).

Nous avons pu raconter, plans d'architecte à l'appui, la gestation et la construction des différentes parties de l'école depuis 1868, date de dépôt du projet initial, à 1904-1906 où l'on voit s'ériger le bâtiment d'entrée donnant sur la route nationale.

Un retour sur le cauchemar de 1996 nous rappelle que cette année-là, suite à cette terrible inondation, l'école est abandonnée au profit d'un nouvel ensemble construit à l'entrée de Puisserguier.

Et c'est tout simplement que nous fermons la boucle en nous remémorant la création de l'écomusée et en rappelant les visites de quelques personnalités comme Pierre Bonte, célèbre journaliste de radio et de télévision..

2009

Livret format A5

Cet inventaire des commerces et artisans qui contient tout ce qui a pu être recensé (quelques uns peuvent encore manquer à l'appel) est en quelque sorte un bloc note.

Vous pourrez utiliser ce petit guide pour organiser des balades de reconnaissance à travers les rues du village, et ainsi raviver vos souvenirs que vous pourrez commenter en complément des notes déjà éditées.

Ce livret a pu être établi d'après les témoignages recueillis auprès de :

Claire Vaqué, Margot Milhet, Marcelle Robert, Pierrot Pallarès, Jacquie Milhet, Marie Rose Gineste, Georgette Andral, Monique Valdes, Francis Guell, Henri Gonthier, Janine Vila, Annie Delpuech, Yvonne Taixé, Francine Sénégas, Andrée Latorre.... et bien d'autres sources.

2018

PUISSERGUIER 1914 ~ 1918... UN VILLAGE DANS LA GUERRE

ÉPILOGUE DE CINQ ANNÉES D'HOMMAGE AUX POILUS PUISSERGUIERAINS.

Il y a 100 ans, Le 11 novembre 1918,

L'armistice sonnait la fin de ce qui a été qualifiée depuis d'effroyable boucherie humaine.

Le 11 novembre 2018 marque le final de la commémoration nationale du centenaire de la guerre 1914-1918 à laquelle notre association « Les MémoiRes de Puisserguier » a largement participé, non sans quelque fierté, malgré certaines oppositions.

En 2009 lors d'une réunion, les membres de notre bureau évoquaient les grands-oncles Alfred Julian et Charles Soum de Monique Valdès, notre secrétaire, morts pendant la grande guerre, et les « Papés », arrières grands-pères, Alphonse Bascoul et Alban Milhet qui ont eu la « chance » de revenir de ce charnier, de Corinne Milhet, notre Présidente....

Tous natifs de notre village et pour deux d'entre eux « morts pour la France »...

Comment pourrait-on se souvenir des Poilus à travers une prochaine manifestation ?

C'est donc tout naturellement, dès le lancement national de l'opération de commémoration du centenaire 1914-1918, que notre association a décidé, lors de son assemblée générale 2014, de participer en devenant ainsi l'initiatrice de l'hommage aux Poilus puisserguiérains et en le portant à bout de bras durant cinq années (de 2014 à 2018).

Début janvier 2014, une première réunion (à l'écomusée) à laquelle ont été conviés tous les partenaires (dont la Mairie) susceptibles de s'associer à cet élan national a été organisée.
Il a été acté un refus catégorique de participer des anciens combattants sous des prétextes bien peu valables.

Quelques élus furent, un instant, également réticents avant d'adhérer pleinement à ce projet d'hommage à nos Poilus.

Dès lors une « commission centenaire » a été créée pout tout ce qui concerne cette commémoration.

En fin de chaque chapitre vous trouverez un mémorandum des animations de l'année.

Mais avant, les membres de notre bureau adressent leurs remerciements aux nombreux partenaires qui ont accepté de se joindre à ces manifestations.

Il est apparu nécessaire et important, à notre Présidente Corinne Milhet, de les citer tous pour ce travail de mémoire réalisé ensemble : La Bibliothèque municipale, la MJC de Puisserguier, le Cep biterrois, l'association Maquisards reconstitutions, L'école Font Claire, ses professeures des écoles et ses enfants, la Mairie de Puisserguier, La communauté de communes Sud Hérault, le Cirdoc, les Amis du cheval marin d'Agde, La médiathèque de Maureilhan,...__

Sans oublier tous les bénévoles qui à des stades divers ont apporté leur concours à cette réussite dont chacun a toutes les raisons d'être fier.

Il nous a semblé que le plus important était de mettre au centre de ce manifeste les Poilus de notre village « morts au champ d'honneur ».

De très nombreux livres décrivent dans tous les détails cette première guerre mondiale. Il serait fastidieux d'en faire une nouvelle compilation.

C'est pourquoi, en nous plongeant dans les innombrables archives sur internet, à l'aide de citations et en nous appuyant sur les documents, illustrations ou cartes, nous avons essayé, pour la clarté du récit, de les replacer sur les lieux de faits de guerre, mois par mois, année par année, à la date de la mort de chacun d'eux, en rappelant à chaque fois leur âge.

2019

La coopé, une véritable institution

2019

La Retirada, 80ème anniversaire.

Tout proche de l'Espagne, le biterrois...